Emmanuel FARHI (1978-2020)

Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure (promotion entrée en 1997) et de l'Ecole des Mines (promotion 2004). Agrégé de mathématiques, DEA de mathématiques génarales et appliquées, DEA de probabilités, DEA gouvernement et affaires, Ph.D. en économie du MIT (2006). Corps des mines.

Quelques mots d'Alfred Galichon

Emmanuel Farhi, Ingénieur des mines 2004 et brillant économiste à Harvard, nous a quittés soudainement le 23 juillet 2020. Pour ses amis, ses collègues, et ses étudiants, c'est une tristesse immense que d'avoir perdu cet être supérieur pourtant si accessible.

Supérieur, Farhi l'était assurément. Par l'élégance de sa haute silhouette qui s'imposait au premier abord. Evidemment, par son parcours aussi : lauréat du concours général de physique, major au concours de l'X, normalien, ingénieur des mines, PhD du MIT, « full professor » à Harvard dès l'âge de 30 ans ... Mais surtout, par l'étendue et la profondeur de sa recherche en macroéconomie et en finance. On lui doit des travaux novateurs sur la régulation macro-prudentielle, le système monétaire international, la politique fiscale, les finances publiques. En traçant ces nombreux sillons, Farhi croyait profondément à la fécondité de l'approche théorique, lui qui en quelques années a su incarner mieux que personne la théorie macroéconomique à Harvard. Fidèle à la tradition d'ingénieur-économistes du corps des mines, il s'impliquait aussi dans les questions de politique publique, en conseillant les décideurs politiques ou les autorités monétaires en de multiples occasions.

Pourtant ce qui frappait davantage encore ceux qui ont eu la chance de le côtoyer, c'est à quel point cet homme d'exception était resté un être simple, un ami fidèle et généreux. Curieux de tout, jamais avare de son temps, drôle, modeste, sincère : tel était Emmanuel Farhi. Fin observateur siégeant ex-officio aux premières loges du spectacle des vanités humaines, il en tirait d'amusantes anecdotes, où l'on sentait poindre une touche de gravité. La rectitude de cet être hautement moral se devinait derrière son rire perspicace et communicatif.

Il y a 9 ans il était venu à l'Ecole des Mines rendre hommage à Maurice Allais, autre géant de la science économique du Corps. Deux étoiles se rencontraient. Farhi nous a quitté beaucoup trop tôt mais l'oeuvre qu'il laisse, déjà mature, continuera à briller. Et pour ceux qui l'ont connu, son souvenir rayonnant aussi.