Cette lettre a été créée en 2000, afin de faire connaître des travaux pouvant utilement éclairer l’opinion. Editée par les Annales des Mines, elle est tirée à 5 000 exemplaires et diffusée par abonnements gratuits. Elle est également accessible sur le site www.annales.org.

 

Elle développe un thème unique par numéro, mais peut donner écho à des réactions suscitées par des thèmes précédents et de nature à nourrir le débat public. La Gazette fait l’objet de commentaires fréquents dans la presse économique et générale.

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2015
2014
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2015
2014
Toutes les années
 
Responsabilité & Environnement
2015
2014
Toutes les années
 

La Gazette de la société

et des techniques

2015
2014

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2015
Toutes les années
   
Numéros anciens des Annales des Mines 1794-1914

 

 

         
   

N° 69 - Novembre 2012

 

Réseaux et subventions : les coûts cachés de l'électricité issue d'énergies intermittentes

 

 

Par Aurélien Gay et Marc Glita,

Ingénieurs des Mines

 

Les pays Européens ont fait de la lutte contre le changement climatique une priorité politique. Dans ce but, les objectifs légalement contraignants du paquet Énergie-Climat fixent une part des énergies renouvelables égale à au moins 20 % de la  consommation totale d’énergie en 2020. Des mesures de soutien sont indispensables pour permettre le développement des énergies renouvelables au-delà de ce qu’aurait permis la seule initiative privée. En plus de ces aides, la transformation du marché de l’électricité induite par cette politique exige une véritable régulation économique du secteur, dans le but de fournir aux investisseurs comme aux consommateurs un cadre à la fois incitatif et stable. Mais le caractère intermittent d’énergies telles que le solaire ou l'éolien a des incidences économiques ou industrielles souvent sous-estimées...

 

Télécharger le numéro

 

 
         
 
 
         
 

 

N° 68 - Septembre 2012

 

FRENCH CO. VS THE WORLD
Le défi de l’anglicisation pour les entreprises françaises

 

Par Jérôme Saulière,

Ingénieur des Mines, doctorant à l'École polytechnique

 

Qu’on s’en agace ou s’en félicite, l’anglais est la langue des affaires internationales. Son utilisation, dictée par la recherche de clients et partenaires internationaux, pose des défis d’organisation aux entreprises. Comment  gérer la transition sans brusquer les équipes et sans se priver de compétences précieuses ? Comment empêcher que les rapports de pouvoir ne deviennent subordonnés à la maîtrise  de la langue ? Et jusqu’où faire pénétrer l’anglais avant qu’il ne devienne envahissant ?

La formation aux langues, si importante soit-elle, ne suffit pas à éluder ces questions. Des observations menées pendant un an dans des entreprises françaises à divers degrés d’internationalisation mettent en évidence le manque d’une réflexion économique et stratégique sur le sujet.

 

Télécharger le numéro

 
     
 
 
     
 

 

N° 67 - Mai 2012

 

Quand le citoyen se réapproprie sa santé...

 

Par Robert Picard,

Référent Santé CGEIET

et

Antoine Vial,

Expert en Santé publique

 

La santé a été progressivement confisquée par la médecine, de plus en plus concentrée dans l'hôpital et ses plateaux technologiques, médicalement efficaces, mais déshumanisés et coûteux. Pourtant apparaissent des solutions basées sur des technologies numériques, efficaces au plan thérapeutique et si commodes que le citoyen est prêt à les payer.
Des PME innovantes conquièrent ainsi de nouveaux marchés :"apps" paramétrables à distance et téléchargeables sur un mobile ou une tablette, plateformes pour accéder de façon conviviale aux prestations requises pour être soigné chez soi, etc.
Pouvons-nous voir là les prémices d'une société réconciliée avec sa santé, en même temps qu’une piste pour résorber le déficit de la Sécurité sociale ?

 

Télécharger le numéro

 
     
 
 
     
 

 

 

N° 66 – Mars 2012

 

L’emballement médiatique à l’ère de Twitter : toujours plus sur toujours moins de sujets

 

Par Nicolas Govillot, Nicolas Manquest et Dimitri Petrakis, ingénieurs des mines

 

Le flux de l’information est incessant. Une dépêche AFP est publiée toutes les dix secondes en moyenne. 50 % d’entre elles sont jugées « d’importance » par les journalistes concernés. Les sites d’information en ligne peuvent changer de Une jusqu’à cinq fois par heure. Une quinzaine d’informations sont relayées aux journaux télévisés traditionnels du soir, tandis que les chaînes d’information en continu passent en boucle les titres les plus importants. Les médias sont maintenant capables de réagir plus vite et de transmettre presque instantanément de plus en plus d’informations. Mais les capacités d'assimilation du public n’ont pas suivi : il est maintenant submergé par la marée médiatique. Devant ce flot d’information, seuls trois titres sont retenus par le public à la fin de la journée.
Pire, seul le premier titre reste généralement dans les esprits le lendemain. D'où l'impression d'une fréquence croissante d'emballements médiatiques. Ce sentiment est-il fondé, et peut-on parer aux effets nocifs de cette polarisation sur des sujets étroits ?

 

Télécharger le numéro

 
           
 
   
           
   

N° 65 – Janvier 2012

 

La signature numérique :
Quand les pauvres innovent avant les riches

 

Par Matthieu MANGION, ingénieurs des mine

La signature numérique pourrait être la clé de la protection des identités en ligne. L’adoption de cette technique, proche de celle des cartes à puces, conduirait à des progrès significatifs dans les échanges entre entreprises comme dans la maîtrise et la protection des identités virtuelles. Cependant en France, il y a eu durant les 20 dernières années de nombreuses tentatives de mettre en place un tel système, mais aucune n’a été couronnée de succès. Les expériences similaires menées aux États-Unis et au Royaume-Uni ayant aussi fait long feu, on pourrait croire que cette innovation d’usage ne relève que d’une utopie.
Mais en étudiant, dans le cadre d’un mémoire de troisième année du Corps des Mines, les cas de l’Inde et du Portugal, on s’aperçoit qu’il n’en est rien, et que bien au contraire, la signature électronique apporte à ceux qui l’utilisent une grande simplification et sécurisation de la vie administrative.
Faut-il être pauvre pour innover ?

 

Télécharger le numéro

   

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr