La série Gérer & Comprendre privilégie une approche humaine de l'organisation des entreprises, grâce à des analyses qui ne fondent pas sur les seuls outils de gestion, mais empruntent aussi à la sociologie des moyens de compréhension indispensables aux responsables d'entreprises. Son fonctionnement est celui d’une revue académique à comité de lecture. Elle a été retenue par l'HCERES dans son classement des revues en économie et gestion, ainsi que dans celui des revues en sociologie.

 

Voir la composition du Comité de rédaction et la liste des autres relecteurs

Voir les modalités détaillées de sélection des articles et les instructions aux auteurs

 

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2020
2019
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2020
2019
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
 
Responsabilité & Environnement
2020
2019
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2020
2019
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2020
2019

Toutes les années 

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2020
Toutes les années
 

 

 

         
 

 

Gérer et Comprendre - N° 141 - Septembre 2020

Télécharger gratuitement
la revue complète

 

Acheter le numéro

 

 

N° 141 - Septembre 2020

 

Participation et e-participation citoyennes en contexte de transition démocratique en Tunisie, les nouveaux habits de l’empereur   ?

Par Anissa BEN HASSINE,
Chercheure - Université de Tunis, ESSECT, LR11ES02 LARIME
Kamel FARHATI,
Magistrat - Cour des Comptes de la République Tunisienne
et
Aida HAOUALA,
Chercheure - Université de Tunis, LR11ES02 LARIME

 

L’objet de cette recherche est d’étudier, dans le contexte tunisien de transition démocratique post-2011, le rôle des trois principaux acteurs (politiques, administrateurs publics et société civile) engagés dans le projet de (e)participation citoyenne Open Government Partnership (OGP). Grâce à une posture d’acteur-chercheur qui a permis une immersion dans ce projet, il a été possible de conclure que, malgré une demande pressante en matière de participation, la mobilisation citoyenne dans le projet étudié reste faible, même lorsqu’elle utilise des supports accessibles comme des plateformes technologiques. La faiblesse de cette participation s’explique, selon nos résultats, par le fait que les différents partenaires engagés dans le projet sont mus par des intérêts davantage individuels que collectifs, lesquels intérêts sont relatifs à la légitimation d’un nouveau rôle qu’ils chercheraient à jouer dans ce nouveau contexte. Cela conduit à  nuancer l’engouement pour les démarches collaboratives, particulièrement sur Internet, et réinterroge, plus généralement, les vertus de la démocratie participative.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 141 - september 2020

Citizen participation and e-participation in the democratic transition in Tunisia

 

Anissa Ben Hassine, Kamel Farhati & Aida Haouala.

 

In the democratic transition under way in Tunisia since 2011, the roles are examined of the three main players (politicians, top officials from public administrations and NGOs) who have took part in a plan for the e-participation of the citizenry: Open Government Partnership (OGP). Adopting the posture of participant-observation allowed for immersion in this project. Despite strong demands for participation, the mobilization of citizens remained low, despite the use of accessible means like online platforms. This low participation can be explained by the fact that various partners in the project were more motivated by their own than by collective interests, which hinge on the legitimation of the new role they were trying to play. This places the enthusiasm for “participatory” approaches, in particular via the Internet, in perspective and raises broader questions about the virtues of participatory democracy.

Retour au sommaire

 

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr