La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 
Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2018
2017
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2018
2017
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online edition
2017
2016
 
Responsabilité & Environnement
2018
2017
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2018
 

La Gazette de la société

et des techniques

2018
2017

Toutes les années

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2018
Toutes les années
 

 

 

         
 

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Télécharger gratuitement
la revue complète

 

 

N° 92 - Octobre 2018 - Les communs environnementaux : gérer autrement la rareté

La gestion institutionnelle des communs environnementaux en France : réussites et limites

Par Christian BARTHOD
Ingénieur général des Ponts, des Eaux et des Forêts
Conseil général de l’Environnement et du Développement durable

 

Rares sont ceux qui contestent aujourd’hui le fait que l’eau et la biodiversité puissent être considérées comme des biens communs. À certaines époques, il se fait un consensus sur certains objets considérés comme importants, à la fois par le vécu social et par les connaissances scientifiques médiatisées. Pourtant les conclusions qui en sont tirées et les problèmes opérationnels rencontrés pour dépasser un stade purement incantatoire sont très différents pour l’eau et pour la biodiversité. Cela illustre le fait qu’il est indispensable de prêter attention à la géographie et aux échelles spatiales dans lesquelles il faut raisonner, mais aussi à l’évolution des concepts qui sous-tendent la compréhension de ce qui fait le bien commun. Cela complique singulièrement la définition opérationnelle d’une gouvernance participative reposant sur des accords négociés (jamais de façon définitive) à propos des outils utilisés et des effets de seuil identifiés, mais jamais seulement sur une approche purement économique ni sur une appropriation.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 92 - October 2018 - The environmental commons: An alternative management of scarcity

The institutional management of environmental commons in France: Successes and limits

 

Christian Barthod,
engineer from the Corps des Ponts, des Eaux et des Forêts, Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable

 

At times, owing to social experiences and the popularization of scientific knowledge, a consensus forms about what is to be deemed important. Very few people now object to considering water and biodiversity to be common goods. Nonetheless, the conclusions drawn and the problem of moving beyond mere words toward deeds are quite different in the cases of water and of biodiversity. Attention has to be paid not only to the geography and scales of distance to be used but also to the evolution of the concepts that underlie our understanding of what makes a good “common”. All this complicates making any operational definition of a participatory governance based on negotiated (but never definitive) agreements about the tools to use and the threshold effects identified. In any case, this definition must never be based just on a purely economic approach or on appropriation.

 

Retour au sommaire


 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr