La série Responsabilité & Environnement publie trimestriellement des dossiers thématiques sur des sujets concernant les risques, le développement durable ainsi que l’énergie et les matières premières. Piloté par un spécialiste du secteur sous l’égide du Comité de rédaction de la série, chaque dossier présente une large gamme de points de vue complémentaires, en faisant appel à des auteurs issus à la fois de l’enseignement et de la recherche, de l’entreprise, de l’administration ainsi que du monde politique et associatif.
Voir la gouvernance de la série

 

 
 

   linkedin

Numéros précédents

Rechercher :

 

Réalités Industrielles

2021
2020
Années depuis 1985
 

Gérer & Comprendre

2021
2020
Toutes les années
 
Gérer & Comprendre -
English language online selection
 
Responsabilité & Environnement
2021
2020
Toutes les années
 
Enjeux numériques
2021
2020
Toutes les années
 
Financial Regulation
and Governance
Banks
Insurance
Markets
Payments and monetay instruments
International financial
regulation
Fintechs
 

La Gazette de la société

et des techniques

2021
2020

Toutes les années 

 
Le Club des Annales des Mines

Toutes les années

 
Numéros anciens des Annales des Mines
1794-1914
1915-1943
Lois et réglementation
1919 – 1942
Articles

1946 – 1991

 

Histoire des Ingénieurs
des Mines

Documents de synthèse
Directeurs, professeurs,
anciens élèves des Ecoles des mines
Les principaux textes législatifs ou règlementaires
Biographies relatives à des ingénieurs des mines décédés
Composition du corps des ingénieurs
Autres documents sur les mines, carrières, géologie.
 
La Lettre des Annales des Mines
2021
Toutes les années
 

 

 

         
 

 

Responsabilité et Environnement - N° 102 - Avril 2021 - Quelle finance pour une économie durable ?

 

Sommaire en français

Sommaire en anglais
Télécharger gratuitement
la revue complète
 

N° 102 - Avril 2021 - Quelle finance pour une économie durable ?

L’obligation verte : le roi est nu

Par Julien LEFOURNIER
Consultant en finances

 

Internaliser une externalité négative revient à payer un surcoût. L’utilité de l’obligation verte se fonde sur l’hypothèse que ce surcoût serait, au moins partiellement, transféré aux prêteurs obligataires – les acheteurs de l’obligation verte – mettant ainsi à contribution la finance pour le bien commun. Cette hypothèse n’est pas réaliste. Nous le montrons de manière simple en expliquant comment le fonctionnement du marché primaire obligataire s’y oppose dès lors que des investisseurs professionnels participent au placement des obligations vertes. Pour ces derniers, le fait que l’obligation verte ne se différencie pas contractuellement d’une obligation classique empêche de lui conférer la moindre valeur singulière. Cela entraîne à son tour nécessairement que le taux de rendement d’une obligation verte ne puisse pas être inférieur à celui d’une obligation classique (toutes choses égales par ailleurs). Finalement, l’obligation verte ne peut pas constituer une incitation à réaliser un projet vert.

Télécharger gratuitement l'article

Retour au sommaire


N° 102 - April 2021 - Finance for a sustainable economy?

Green bonds: The king is naked

 

Julien Lefournier,
consultant in finance

 

As internalizing a negative externality amounts to paying an additional cost, the usefulness of the bond is based on the assumption that this additional cost would be, at least partially, transferred to bondholders ‒ The buyers of green bonds ‒ thus making finance contribute to the common good. This assumption is unrealistic. We show this in a simple way by explaining how the mechanics of the primary bond market forbid it when professional investors participate in the placement of green bonds. For those (non green) investors, the fact that the green bond is not contractually different from a traditional bond prevents them from giving it any singular value. This in turn necessarily means that the rate of return on a green bond cannot be lower than that on a traditional bond (all other things being equal). Finally, the green bond cannot constitute an incentive to carry out a green project. among firms and project leaders, carbon offsets have to undergo a change. Their uses must be better regulated, and the perception of them has to be updated so that they are seen to be what they really are: a means toward carbon neutrality worldwide.

 

Retour au sommaire

 

 

 

Les Annales des Mines

Télédoc 797, 120, rue de Bercy – 75572 – Paris cedex 12
Courriel :
redactiondesannalesdesmines.cgeiet@finances.gouv.fr